"Immune responses in the Malaria vector Anopheles gambiae"

INSERM U963 / CNRS UPR9022 - Strasbourg, France

Thèmes de recherche

 

Environ 20 espèces de moustiques du genre Anopheles sont actuellement connues comme étant capables de transmettre des parasites Plasmodium aux humains. Parmi elles, Anopheles gambiae est le principal vecteur du paludisme en Afrique Sub-Saharienne. Les moustiques ne sont pas être réduits à de simples aiguilles transmettant les parasites : ils combattent activement les Plasmodium présents dans leur organisme. Chez certains individus, le développement est même complètement bloqué dans la première phase de l’infection, les rendant incapables de transmettre les parasites à d’autres hôtes. Notre objectif est double : comprendre l’origine génétique de la résistance de ces moustiques face au Plasmodium et développer des outils novateurs de transgénèse pour mieux appréhender les interactions hôte / parasite du couple Anopheles / Plasmodium.

En savoir plus…

Photos de gauche : des parasites exprimant la GFP sont visibles dans l’intestin d’un moustique d’une lignée « susceptible », tandis que les intestins de lignées « résistantes » sont dépourvues de tout parasite.
 
Photo de droite : une larve transgénique d’une lignée baptisée « french kiss ».

 

 

Affiliations